Un matin avec des Pancakes

Il y a des matins gris, sans saveur ni parfum, des matins marqués par une routine assommante. Des matins durant lesquels les mêmes gestes sont répétés, inlassablement, des gestes identiques à ceux d’hier, similaires à ceux de demain. Ces matins-là, nous ne nous croisons pas. Ces matins-là j’ouvre machinalement le placard de la cuisine, la journée débute plutôt bien quand il reste du granola maison, sinon quelques biscuits suffiront.

Et puis, il y a les matins avec des pancakes. Ces matins-là sont ceux que nous passons ensemble.

Dimanche. 8h30. Le réveil sonne. Je me lève pour préparer le café et des pancakes, te laissant dormir encore quelques minutes.

J’ouvre mon carnet de recettes, créé lorsque j’étais enfant avec ma grand-mère. Je cherche la recette de pancakes, celle que je garde précieusement après en avoir essayé tant d’autres décevantes. Finalement le carnet ne me sert à rien, je la connais par cœur. Mais j’aime l’ouvrir, parcourir les différents onglets, relire les recettes inscrites, celles que je trouvais formidables et que j’ai pourtant remplacées aujourd’hui.

Une fois la pâte prête je la laisse reposer, le temps d’aller t’apporter le café.

On s’emmitoufle dans la couette bien épaisse, l’odeur du café chaud venant chatouiller nos narines. On discute du mauvais temps encore présent mais qui ne viendra pas gâcher notre bonne humeur, du programme de la journée, on rêve un peu, et puis on se lève.

Mon moment préféré est arrivé, celui où l’on dresse joliment la table. On met une nappe blanche encore froissée, on sort les assiettes chinées en brocante, la vieille argenterie de mamie. On dispose les différents accompagnements, ce matin ce sera sucre, chantilly, chocolat et miel. Petite déception il n’y a plus de jus d’orange, ce sera une pêche à la place venant de mon primeur préféré (j’avoue je suis peu objective, c’est mon papa).

Voilà, la table nous convient. C’est parti pour la cuisson des pancakes. Je n’ai jamais su me décider entre cuisson à feu vif ou à feu lent. Alors je laisse tranquillement chauffer ma poêle, et ce matin ce sera feu doux. Les pancakes sont prêts, je les dispose dans un joli présentoir chiné, je verse du chocolat noir dessus et c’est parti ! La petite montagne ne fera pas long feu.

recette-pancakes12recette-pancakes9 recette-pancakes13recette-pancakes10 recette-pancakes11recette-pancakes6J’aime les servir avec du miel de lavande ramené d’Ardèche par mes parents, mioum !

recette-pancakes5 recette-pancakes4pancakes recette recette-pancakes2 recette-pancakes  recette-pancakes8


La recette, trouvée ici, est une merveille ! Je remplace le lait par du buttermilk, babeurre en français, pour gagner en légèreté et en moelleux.

Pour une dizaine de pancakes :

  • 1 + 1/2 cup de farine (210g)
  • 1 tablespoon de sucre (15g)
  • 1/2 teaspoon de sel (2g) (essentiel pour le goût !)
  • 1/2 teaspoon de bicarbonate alimentaire (2g)
  • 1 sachet de levure
  • 1 gros œuf légèrement battu
  • 1 + 1/4 cup de buttermilk (ou du lait) (300g)
  • 3 tablespoons de beurre fondu (40g)

Et mon secret : la cuillère en bois ! En vacances, je voulais faire cette recette mais je n’avais pas de fouet. Plutôt qu’une fourchette j’ai préféré opter pour une cuillère en bois. Forcément le mélange était délicat, encore plus grumeleux que d’ordinaire, mais les pancakes n’en étaient que plus moelleux !

  1. Mélanger les ingrédients secs ensemble.
  2. Faites un puits et verser les ingrédients liquides au centre (buttermilk/lait, oeuf battu et beurre).
  3. Mélanger en partant du centre, afin d’incorporer doucement la farine. Surtout n’insistez pas, s’il reste des grumeaux c’est normal (Martha Stewart confirme 😉 )
  4. Laissez reposer la pâte 15-20 minutes. Elle va devenir assez épaisse.

A ce stade, je dois vous avertir. Si comme moi vous avez un homme/enfant qui aime mélanger la pâte dès qu’il passe devant, se demandant avec beaucoup de suspicion, au regard de la texture, si vous n’êtes pas entrain de l’empoisoner et/ou de faire une expérience culinaire dont il est le cobaye, retenant à peine un « argh tu vois le buttermilk c’est dégueulasse, j’te l’avais bien dit ! », prévenez-le tout de suite : il ne faut surtout pas mélanger la pâte une fois qu’elle est levée. Sinon c’est comme un soufflé qui retombe, le gros plouf, vos pancakes ne lèveront plus.

Pour la cuisson :

  1. Faites préchauffer doucement votre crêpière.
  2. Verser du beurre/de l’huile
  3. A l’aide d’une louche déposer de la pâte dans votre crêpière, sans l’étaler (en général je fais 3 pancakes).
  4. Quand les bulles se forment à la surface retournez vos pancakes et baissez légèrement le feu pour terminer leur cuisson.

Bon petit dej’ !

Anaïs

12 petits mots

  1. Oh oui ça se sent, il est vraiment beau 🙂
    Merci pour ton explication très claire 🙂 Je ne connaissais pas du tout, mais si les pancakes en sont plus moelleux, j’essaie d’en trouver dès mon retour de vacances du coup ! Merci pour la recette, des bécots Anaïs !

  2. Je viens de découvrir ton blog via hellocoton et j’en suis amoureuse ! tes recettes font envie, tes photos sont superbes, bref, abonnement obligatoire hihi !

    Bonne continuation !

    Manon

  3. Pingback: Moments of *Everyday Life* #5 - Carnet de printemps

  4. Pingback: Pancakes, *lilas* & blabla. - Carnet de printemps

  5. Pingback: Les *p'tits* trésors *#1* - Carnet de printemps

Laisser un petit mot

Naviguer