Petit guide des plantes faciles d’entretien

Quand on se promène à la jardinerie et qu’on se faufile au rayon cactus et succulentes, Benjamin & moi entendons souvent « tiens si t’as pas la main verte, ces plantes sont pour toi » ou « ça c’est increvable », etc. Idem dans les commentaires sur Instagram, les cactus seraient les « seules plantes qui résistent ». Pourtant, vous semblez nombreux à vouloir apporter de la verdure à votre intérieur grâce à d’autres plantes.

Alors, quand notre 4ème Echeveria & notre cactus adoré dans la cuisine sont morts (motif : trop d’amour trop d’arrosage) on s’est dit que non, les plantes grasses n’étaient pas les espèces les plus faciles à entretenir. Pour tout vous dire, nous avons pas mal de plantes & celles que nous parvenons le moins à garder sont les cactus et succulentes. Rien n’y fait, je [oui car je conserve jalousement le monopole de l’arrosage des plantes] les arrose souvent beaucoup trop. Celles que nous possédons depuis longtemps se portent bien, car je connais maintenant leurs besoins et je peux repérer quand elles ont soif, mais lorsque de nouvelles plantes arrivent j’ai tendance à vouloir les chouchouter & certaines ne semblent pas apprécier mes soins.

Bref, cela fait maintenant 2 ans que je prête attention aux besoins de mes plantes et je m’en tire de mieux en mieux. Parfois certaines souffrent un peu car je commets une erreur, mais en général il suffit de tenter en douceur d’autres formes d’arrosage (les espacer, les rapprocher, avec une eau non calcaire, plus tempérée, etc.) ou de placer la souffrante à un autre endroit (plus lumineux, plus humide, avec moins de courant d’air, etc.) pour que Madame se sente mieux. Le problème c’est que cela prend parfois du temps de savoir comment s’occuper d’une plante. Par exemple mon petit Pilea peperomioides se retrouve aujourd’hui avec 4 feuilles sur le dos (impossible de savoir ce que j’ai fait de travers !). Son état est désormais stable (notez les termes médicaux) mais il faudra du temps pour qu’il redevienne joli.

guide-plantes-interieur-8

Ce petit « guide » d’entretien est le fruit de nos propres expériences, bonnes ou mauvaises. Il tient compte de la situation de notre appartement (exposé est-ouest). Si vous avez une exposition différente (nord/sud), certains détails pourront varier. Par exemple certaines plantes chez nous pourront être placées près d’une fenêtre, alors que pour un appart/une maison exposé(e) sud (qui plus est dans le sud de la France) une exposition à la fenêtre risquerait de brûler les feuilles. Ce guide est donc une petite base mais n’oubliez pas d’observer vous aussi vos plantes afin de déterminer leurs besoins.

Remarque : Dans ce guide, quand je dis qu’une plante s’accommode de l’ombre, j’entends par « ombre » une pièce qui ne reçoit que peu de lumière durant la journée. En aucun cas une plante ne pourra vivre si elle se situe dans une pièce sans fenêtre, à moins de bénéficier d’un éclairage artificiel imitant la lumière du jour.

L’epipremnum pictus ou Scindapsus ou Pothos

Je crois que cette plante est ma petite préférée. Elle est délicate et habille joliment une petite étagère. Attention, elle est très toxique pour les enfants et animaux. Puisqu’il s’agit d’une plante grimpante ou tombante, privilégiez un emplacement haut et hors de portée.

Concernant l’exposition, elle peut se développer aussi bien à l’ombre qu’en pleine lumière, même si elle perdra quelque peu sa couleur et ses tâches à l’ombre. Évitez le soleil direct en plein été, sous peine de brûler les feuilles.

Le scindapsus craint le trop plein d’humidité. Je laisse sécher la motte entre deux arrosages et je me repère aux feuilles pour savoir si je dois l’arroser (je ne sais pas si c’est bien ou pas) : elles se replient quand il a soif. On le voit d’ailleurs sur les photos ci-dessus : à gauche il a soif, à droite il vient d’être arrosé.

L’hiver il supporte des températures fraîches, jusqu’à 10°. Cela lui est même bénéfique. Notre cuisine est mal chauffée (nous n’avons qu’un seul radiateur dans le salon) et en général il fait entre 15 et 17°C. Cela semble lui convenir. Si vous le conservez dans une pièce chauffée, pensez à augmenter l’humidité en posant le pot percé sur une soucoupe remplie de billes d’argile et d’eau.

Évitez les courants d’air. Cela doit faire 3 ans que nous l’avons, il se portait comme un charme mais ne se développait pas beaucoup. Alors l’hiver dernier je l’ai bougé de place & il n’a pas eu l’air d’apprécier. Quand on a refait la cuisine on a décidé de le mettre en haut de l’étagère, petite place bien ensoleillée. Sur la photo de gauche prise au printemps on voit bien qu’il était dénudé sur les longueurs. J’ai coupé les tiges et je les ai rempotées directement dans le pot. Et voilà aujourd’hui le résultat (photo de droite), seulement quelques mois après. Les nouvelles feuilles sont encore jeunes et petites, mais bébé deviendra grand.

Les Tradescantia ou misère

Le tradescantia doit son petit surnom « misère » à sa facilité d’entretien. Cette plante n’est pas très capricieuse & qui plus est elle se multiplie très facilement. Je tiens une bouture de ma grand-mère, qui elle-même la tient d’une amie. Elle n’avait qu’une petite bouture au départ & elle a réalisé pas mal de boutures supplémentaires dès qu’une nouvelle tige devenait trop longue. En seulement quelques mois elle a obtenu une suspension énorme ! Maintenant à moi de faire aussi bien 🙂

Le tradescantia ayant des feuilles colorées (souvent blanches ou rosées) a besoin de lumière vive car le manque d’ensoleillement décolore ses feuilles. Si votre tradescantia est vert, vous pouvez le placer dans une zone plus ombragée.

Cette plante aime la chaleur et l’humidité, mais reste rustique (elle tolère un minimum de 5°C l’hiver).

En général cette espèce apprécie l’eau & les bassinages l’été quand il fait chaud et sec. L’hiver, préférez un arrosage léger, en laissant sécher le terreau entre deux apports.

C’est une plante qui se multiplie très facilement. Il vous suffit de prélever une tige avec quelques feuilles et de la déposer dans un récipient d’eau. Au bout de quelques jours seulement des racines apparaitront. Vous pourrez la rempoter quand les racines seront suffisamment longues (environ 3/4 cm) & en arrosant régulièrement au départ.

Les Pilea

 

Et oui cette petite plante à gauche est bien un pilea ! Plus précisément un pilea cadierei. Et elle est ultra facile d’entretien.

Contrairement au pilea peperomioides (à droite) qui sera plus joli s’il bénéficie d’une bonne luminosité indirecte, cette variété aime la mi-ombre & conviendra très bien à un intérieur peu lumineux.

Les pilea aiment l’eau, en particulier le pilea peperomioides, mais il faut veiller en arrosant à ne pas mouiller les feuilles qui risqueraient de pourrir. Pour le pilea cadierei, j’attends toujours que le sol en surface soit sec avant d’arroser à nouveau. Pour tout vous dire, il penche la tête quand il a soif et se redresse quelques heures après l’arrosage (je ne sais pas si c’est une bonne technique mais c’est flagrant). Pour le pilea peperomioides j’attends que la motte soit sèche de moitié avant d’arroser, mais je veille à ne pas la laisser sécher complètement.

Les pépéromia

Remarque : à ne pas confondre avec le pilea peperomioides. Le Pilea appartient à la famille des Urticacées alors que le Pépéromia appartient à la famille des Pipéracées. Il en existe beaucoup de variétés. Vous la trouverez facilement en jardinerie, ou à Ikea par exemple.

Le pépéromia vit à l’ombre dans son milieu d’origine. En intérieur, cette plante aura besoin d’une bonne lumière, surtout l’hiver, mais elle doit être protégée des rayons directs du soleil. Comme la plupart des plantes, le pépéromia à feuilles colorées/tachetées aura besoin de plus de lumière que celui à feuilles vertes.

 

guide-plantes-interieur-3Il vaut mieux sous-arroser cette plante que l’inverse car l’excès d’eau entraîne la chute des feuilles et la mort de la plante. Comme les succulentes, elle possède des tissus qui emmagasinent l’eau et lui permettent de supporter la sécheresse. Au moment du rempotage, déposez au fond du pot une couche de billes d’argile et choisissez un substrat bien drainant.

Le pépéromia craint les courants d’air et le froid (en-dessous de 13°C). Il n’apprécie pas non plus la sécheresse des intérieurs chauffés l’hiver.

Pour exemple, notre peperomia glabella se situe dans le salon qui est la seule pièce où se trouve un chauffage. Elle est donc plus chaude mais aussi plus sèche que les autres. Il y a quelques semaines ses feuilles tombaient plus rapidement que d’ordinaire, elles manquaient de panache et étaient recroquevillées. Pour apporter de l’humidité, je l’ai arrosé légèrement (le terreau était bien sec), j’ai lavé les feuilles à l’aide d’un chiffon humide et j’ai déposé un lit de billes d’argile et un peu d’eau dans la soucoupe.

Désormais il a retrouvé sa couleur d’origine et ne perd plus ses feuilles.

La famille des Marantacées (Calathea, Stromanthe & Maranta)

guide-plantes-interieur-18Ici nous avons un leuconeura maranta

La famille des marantacées contient beaucoup de variétés. Les plantes n’ont pas toutes les mêmes besoins, mais elles ont un point en commun : elles sont canons ! Nous avons un maranta depuis ce printemps (vous pouvez le voir ici) et il a bien grandi depuis. Il est dans notre chambre et a l’air de s’y plaire. La pièce n’est pas chauffée directement (le chauffage est dans le salon) et elle bénéficie de l’humidité de la douche.

En m’aidant notamment de ce blog, j’ai répertorié les besoins globalement similaires de ces trois plantes.

Tout d’abord elles ont besoin d’une humidité satisfaisante de l’air. Pour maintenir une bonne hygrométie, vous pouvez poser le pot (percé) sur un cache-pot assez large rempli de billes d’argile et d’eau (conseil valable pour toutes les plantes aimant l’humidité). En hiver il faut impérativement éviter la proximité avec un radiateur. A l’inverse, elles se plaisent bien dans une salle de bain ou une cuisine.

Concernant l’arrosage, ces trois plantes ont besoin de pas mal d’eau mais souffrent du trop-plein d’eau. Au moment du rempotage, déposez au fond du pot une couche de billes d’argile et choisissez un substrat bien drainant. Elles apprécient les arrosages par capillarité (en mettant de l’eau dans la coupelle) ainsi que les bassinages l’été. Il faut impérativement utiliser de l’eau non calcaire et tempérée, l’idéal étant l’eau de pluie. Entre deux arrosages, laissez sécher la motte de moitié mais veillez à ne pas la laisser sécher complètement (si vous enfoncez votre doigt dans la motte, le terreau doit encore être humide au fond du pot mais sec en surface). Les feuilles jaunissent et s’enroulent quand l’air est trop sec ou qu’elles manquent d’eau.

Concernant l’exposition, le Maranta et le Calathea réclament une lumière tamisée toute l’année. Le Stromanthe préfère des pièces plus ombragées & il est casanier : les feuilles s’orientent en fonction de la lumière alors il ne faut pas le déplacer. Pour ces trois plantes, évitez le soleil direct qui brûlerait les feuilles.

Les températures idéales pour le maranta se situent autour de 18/20°C. Il supportera des températures un peu plus fraîches l’hiver, mais pas en-dessous de 13°C (les feuilles noircissent si les températures sont trop fraiches). Le calathea quant à lui s’accommode de températures autour de 16 à 21°C. A savoir que plus les températures augmenteront, plus il aura besoin d’humidité. Enfin le stromanthe est moins difficile et se plaît dans les températures habituelles d’une habitation.

Nous avions un calathea mais il est mort, les feuilles s’enroulaient et ont complètement séché. Nous avons essayé pas mal de choses mais rien n’a fonctionné. Il n’était pas très vigoureux dans la jardinerie, nous l’avions quand même acheté en pensant le sauver mais sans résultat. Pensez-donc à bien le choisir : feuillage bien fourni et sain, sans tâche et veillez à ce que les pointes ne soient pas sèchent.

Les lierres (Hedera) & fougères microlepia

guide-plantes-interieur-17

Je regroupe ces deux espèces ensemble car globalement elles ont les mêmes besoins et sont des « classiques » des intérieurs.

Le lierre est toxique, attention à le placer à un endroit inaccessible pour les jeunes enfants & les animaux.

Ces deux plantes seront vos alliées si votre intérieur est plutôt sombre. Privilégiez toutefois un lierre vert plutôt que tacheté car ce dernier a besoin de plus de lumière pour conserver ses couleurs.

Concernant l’arrosage : l’hiver arrosez-les très peu, simplement pour maintenir le terreau légèrement humide. L’été arrosez davantage, en laissant sécher la motte de moitié entre deux apports.

Ces deux plantes s’accommodent des températures d’un intérieur, & peuvent être conservées au frais l’hiver (autour de 10°C). Si elles sont conservées dans une pièce chauffée, maintenez une bonne humidité en les bassinant et en les posant sur une soucoupe remplie d’eau et de billes d’argile.


En résumé, ce qu’il faut retenir pour l’entretien de ces plantes :

  • L’humidité de l’air est importante, en particulier l’hiver où ces petites souffrent de l’air sec de nos intérieurs chauffés. Pour augmenter l’humidité, je pose mes pots percés sur des soucoupes remplies de billes d’argile et d’eau. Je rassemble également les plantes entre elles car cela crée un « micro-climat » humide, et je place au centre un verre rempli d’eau. Il est caché par les plantes et avec la chaleur de l’appartement l’eau s’évapore et humidifie l’air autour des plantes.
  • Concernant les arrosages, il faut éviter de laisser sécher complètement les mottes, sauf pour les pépéromia, les misères ou les scindapsus qui supporteront. Pour savoir si je dois arroser, je vérifie que le sol en surface est sec. Normalement, le fond du pot doit encore être humide. L’été lorsqu’il fait chaud, je bassine les plantes qui ont le plus besoin d’eau (lierre, fougère, misère, marantacées).
  • Choisissez des pots percés. A l’exception de quelques plantes tous mes pots sont drainés avec des billes d’argile ainsi qu’un trou au fond du pot. Si vous avez craqué sur un pot non percé, soit vous pouvez le percer vous-même, soit je vous conseille de rempoter votre plante dans un pot en plastique (celui que l’on a quand on achète les plantes) de la taille qui convient. Lorsque vous voudrez arroser la plante, vous pourrez enlever le pot en plastique, arrosez la plante puis laissez égoutter. Cela permet d’éviter que l’eau stagne dans le fond du pot et que les racines pourrissent.
  • Le sur-arrosage est souvent fatal. Lorsque vous venez d’adopter une plante, arrosez-la peu et attendez de voir en combien de jours elle absorbe l’eau. Si le lendemain tout est sec, c’est que vous n’avez pas arrosé suffisamment (à moins bien-sûr que vous ne soyez en période de canicule).
  • Pour débuter, vous pouvez vous fier à ce rythme d’arrosage (qui ne concerne pas les cactus et succulentes) : en hiver 1 fois tous les 15 jours si votre intérieur est peu chauffé (autour de 15/16°C) ou 1 fois par semaine si vous avez autour de 20°C. Au printemps arrosez 1 fois par semaine, puis dès que les températures dépassent les 20°C arrosez 2 fois par semaine. Vous pouvez vous fixer des jours pour ne pas oublier, par exemple le dimanche et/ou le mercredi. Et si vous voyez que la motte n’est pas sèche en surface, attendez encore quelques jours avant d’arroser (plus de conseils ici).
  • Évitez d’arroser les feuilles de vos plantes car elles sont souvent fragiles. Pour les humidifier et enlever la poussière qui s’y dépose, utilisez un chiffon humide.
  • N’hésitez pas à vous faire un petit carnet. Vous pourrez y noter quelques indications trouvées directement sur le pot de la plante ou sur internet : arrosage, ensoleillement, type de substrat, multiplication & vos propres expériences (bonnes ou mauvaises). Vous pouvez l’illustrer par quelques dessins, ou simplement développer quelques photos des plantes et les coller.

guide-plantes-interieur-une

Il y aura sans doute d’autres parties à ce guide. Je suis encore en train d’apprendre alors je ne voudrais pas vous donner de mauvaises informations sur les autres plantes que l’on possède 😉

Si vous avez des remarques ou des conseils concernant ces plantes, ou d’autres plantes à nous conseiller, n’hésitez pas à nous laisser un petit mot !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

17 petits mots

  1. Très chouette article, et très intéressant ! Ton intérieur est canon, et parfaitement mis en valeur avec tes jolies plantes !

    • Carnet de printemps Répondre

      Oh c’est gentil, merci beaucoup ! C’est vrai que je n’imagine pas notre intérieur sans plantes, il serait triste sans doute 🙂

  2. Merci pour ce joli article! J’ai la même plante que toi sur la deuxième photo (sous l’étagère, toute à droite dans le pot en terre) et je ne sais ni comment elle s’appelle ni comment l’arroser! Elle a perdu toutes ses feuilles et refait des petites pousses en ce moment, je croise les doigts pour que ça continue! Si tu as un tuyau 🙂

    • Carnet de printemps Répondre

      Tu veux parler du ceropegia (ou chaîne des cœurs pour les intimes 😉 ) ? Si c’est bien celui-ci, j’en ai deux à la maison et le premier a plutôt souffert. Je ne savais pas trop comment l’arroser et j’avais peur de le voir pourrir comme certaines plantes grasses alors j’y suis allée doucement. Résultat il a perdu toutes ses feuilles comme le tien. Mais il a repris et aujourd’hui il est bien beau donc ne perds pas espoir 😉 Pour en revenir à l’arrosage, il perd ses feuilles quand il manque d’eau, car elles sèchent et tombent. Il faut toujours veiller à ce que la motte soit bien humide. En général je le laisse maximum 2 ou 3 jours avec la motte sèche, quand vraiment j’ai peur de trop de l’arroser. En ce moment je l’arrose 1 fois par semaine (voire 2 quand le chauffage va un peu plus fort) car le chauffage assèche ses feuilles. Je l’arrose généreusement, j’attends que l’eau soit bien égouttée pour éviter l’eau stagnante et je le remets dans le cache pot. Et tu verras qu’il va devenir ENORME, prévois une étagère bien haute ou enroule-le sur lui-même 😉 Bon j’espère que tu parlais bien de cette plante ahah 🙂

  3. Merci pour cet article! Je retiens surtout qu’on n’est pas oblige d’avoir des plantes enormes, mais que certaines sont mignonnes et remplissent parfaitement leur fonction dans de petits espaces…

    • Carnet de printemps Répondre

      Exactement ! C’est vrai qu’à la maison nous n’avons pas de grandes plantes, nous préférons les petites car on peut les multiplier et en mettre beaucoup sur nos étagères 🙂 Merci pour ton petit mot ♡

  4. C’est marrant, j’ai beaucoup de plantes en commun avec vous, comme le Scindapsus et la Misère. Il faut dire que je ne peux pas partir de mes grands parents sans une bouture sous le bras ou des herbes aromatiques ! Comme toi, j’ai un peu de mal avec les cactus et plantes grasses, mais aussi avec les bonsaï. C’est le deuxième qu’on m’offre et qui perd ses feuilles en un temps record à mon grand désespoir. Je suis toute fière d’avoir de nouvelles fleurs à mon orchidée aussi 🙂

    • Carnet de printemps Répondre

      Oh mais oui on a effectivement beaucoup de points en commun ! ♡ Ah les bonsaï, je n’en ai même pas parlé tellement ça me désole, je suis une tueuse de bonsaï ! j’en voulais toujours petite quand j’allais à la jardinerie avec mes parents, et parfois on en prenait un mais il finissait par mourir tristement. Du coup j’ai abandonné l’idée ^^ Et c’est rigolo, pour la première fois j’ai moi aussi de nouvelles fleurs à mon orchidée ! tu as testé la technique du beaucoup-beaucoup-d’eau aussi sans doute ? 🙂 Les petites joies des plantes et les mini-fiertés 🙂

  5. Alors je suis en admiration totale devant la connaissance que tu as de tes plantes! Celles que j’ai ici et là m’ont été données ou trouvées et je n’ai absolument aucune idée quand à leur appellation…et de là à comprendre leur langage des feuilles pour les arroser correctement… Bref j’ai l’impression d’être une vraie catastrophe horticole. Je note donc précieusement ces noms ainsi que les conseils que tu donnes, ça fera un début!
    Merci!

    • Carnet de printemps Répondre

      Oh ton petit message m’a fait sourire 🙂 Ne t’inquiète pas, beaucoup de personnes ne connaissent pas le nom des plantes et en prennent pour autant bien soin ! Je retiens leurs noms seulement depuis que j’ai ce petit carnet, ça aide un peu 🙂 Merci beaucoup pour ton petit mot ♡

  6. Quel chouette article et ces photos superbes ! Tellement belles ! Ton petit guide est très complet.
    Pour le pothos, j’ajouterais juste que la condition élémentaire pour qu’il pousse, c’est vraiment de le mettre en hauteur et de le laisser impérativement « tomber » de lui-même.
    J’ai essayé « enrouler » sur lui-même, sa croissance restant correcte mais sans plus.
    Mais depuis sa prise de hauteur, c’est une croissance record ( et tellement facile à bouturer – il peut continuer à pousser des années ainsi les fesses dans l’eau – j’en ai un autre comme cela qui a 3 ans ).
    Pour les plantes grasses, pour éviter qu’elles gèlent, avec ces grands froids, il faut les rentrer et les mettre dans une pièce pas trop chaude/pas trop lumineuse pour respecter leur pause hivernale ( et surtout quasiment pas d’arrosage de l’hiver ).

    • Carnet de printemps Répondre

      Oh merci pour ces petits conseils que je note et ton retour positif sur cet article ! Pour les plantes grasses, cette pause hivernale est nécessaire pour qu’elles fleurissent au printemps non ? Je rêverais de les voir fleurir, mais je n’ai pas de pièces appropriées ou d’extérieur pour leur permettre de rester au frais :/ Et pour le pothos je ne savais pas du tout, j’avais pensé l’enrouler car il commence à toucher mon évier, mais du coup je vais trouver une autre solution 🙂 merci beaucoup pour ton commentaire ! ♡

  7. Merci pour cet article !
    En effet, difficile de choisir quand on n’a pas la main verte, la prochaine fois, je ne manquerai pas d’amener ton petit guide avec moi à la jardinerie 🙂

    • Carnet de printemps Répondre

      C’est vrai que l’on a tendance (moi comprise !) à se rendre en jardinerie, acheter une plante, ensuite s’intéresser à ses besoins, et parfois se rendre compte que cela ne correspond pas à notre intérieur 🙂 Alors si ce petit guide peut être utile, j’en suis vraiment contente ! Merci pour ton petit mot Aurélia ♡

  8. Hello !
    Je suis arrivée sur ton blog grâce aux commentaires sur « Le Chien À Taches » 🙂 Et WOW quelle belle surprise ! J’aime beaucoup ce que tu fais.
    Je viens de passer un peu de temps à lire quelques articles et vraiment j’adore ! Tes articles déco sont top, tes photos sont canon et que dire des articles « évasion » …
    Tu as gagné, sans aucun doute, une lectrice de plus 🙂

    Et cet article sur les plantes est un petit coup de coeur ! Je suis une amoureuse des plantes depuis toute petite et tu viens de me donner envie d’acquérir de nouvelles espèces !
    ( J’ai fait un article sur mon blog où je montre une partie de ma « collection » de plantes grasses si ça te tente 🙂 )

    Hâte de te lire dans de prochains articles !
    Pomeline 🙂

Laisser un petit mot

Naviguer