Blériot. Ciel d’orage, couleurs dorées et matières patinées.

L’horizon barré çà et là par les ferries ou les côtes anglaises, la plage de Blériot avait un charme fou cet après-midi d’hiver. Bercés par le bruit des vagues et l’odeur des embruns, nous avons flâné sur la plage quelques heures, les pieds s’enfonçant dans le sable moelleux. Vouloir sentir le vent, le sel picoter la peau et les embruns chatouiller les cheveux. Rêve accessible, mais ô combien salvateur. Nos sourires se dessinent à mesure que les vagues se rident. Nous resterons pour toujours les étrangers d’une ville, mais demeurerons chez nous au contact du moindre centimètre de matière organique. La mer vient lécher les portes des cabanes nichées au creux des dunes. Les goélands fendent le ciel avec leur ventre dodus, planant dans les courants aériens. Et puis ces nuages bas, cotonneux, collant au paysage. Portés par le vent, ils glissent sur la mer. Nous pouvons observer à l’horizon…

Joyeux Noël

Ho ho ho ! Bientôt Noël ! Nous continuons de chérir l’espoir qu’un jour nous sachions quoi penser de cette fête. On oscille toujours entre le…

    Naviguer